Phénix

Vous êtes sur le forum du serveur Phénix dédié à Lineage 2. Bienvenue à vous Invité, le staff espère que vous passerez de longues heures à vous amuser avec nous.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherArmurerieStaffMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oramé.

Aller en bas 
AuteurMessage
Oramé



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Oramé.   Lun 21 Jan - 0:19

Le printemps… Une douce odeur de jasmin flotte dans l’air.
Les glaces fondent libérant les cols des montagnes, le calme règne dans les vallées laissant le soleil doucement réchauffer la terre.
Une caravane marchande remonte la piste montagneuse pour livrer un village loin dans les monts, la route est tendre et facile.
Des arbres fleuris la bordent…

Une odeur abominable arrive au nez des caravaniers, les plus sensible commencent à masquer leur visage, de nombreux cadavres apparaissent… Le village n’est plus.

La nuit tombait, le calme régnait, demain, la douce saison commencera. Tout vas bien, le village s’endort.

Un hurlement dans la nuit froide se fait entendre.
Une fenêtre s’ouvre pour voir ce qui se passe, la tête qui passait tombe soudain au sol, un Kamael vient de la trancher.
Il essuie sa lame sur les vêtements de la victime et entre dans la maison.
Il court rapidement vers les chambres. Une petite fille ouvre les yeux, juste le temps de voir une aile avant que la mort ne l’emporte derrière la rivière maudite la laissant occit. Étalant le sang sur le parquet.
Le carnage se poursuit toute la nuit.

Le lendemain, la cité Kamael est en vue. Les 20 soldats qui avaient lancé l’assaut seront honnis par les uns, acclamés des autres.
En attendant ils amènent des âmes et une relique.
Peut être qu’un nouveau retrouvera son aile se soir la…

Oramé, le plus impitoyable de la troupe pose le coffre retenant les âmes des tués.

« Voici un cadeau pour mon seigneur… »

« Encore une fois les hommes et femmes de ma faction prouvent qu’ils sont plus efficace pour le bien des nôtres. » Il se tourne vers d’autres habitant.
« Quand nous soutiendrez vous ? Les guerriers comme Oramé sont les seul dignes de louanges chez les nôtres. Vous cherchez un pardon que vous n’aurez pas, les géants ne le prouvent-ils pas ? »
Les applaudissements n’étaient pas égaux, ceux de gauches louant et les autres réprimandant.

Oramé sortit, il marche sous la pluie qui commençait à tomber. Les cheveux collés à sa tête par la pluie, ses vêtements imbibés, il hurla sa haine à la déesse.

Il l’a mis au défit avant de se faire foudroyer…

Quelques temps plus tard, dans un lit hospitalier il ouvrit les yeux, une infirmière s’approcha.
« Dommage que vous soyez encore des nôtres, j’espère que sa colère vous a calmés ! »
La seule réponse obtenue fut un craquement de la nuque de la pauvre femme.

Oramé courait avec sa vingtaine de soldat… Le chef de sa faction, ceux qui cherchent des pouvoirs encore plus sombre, l’envoya poursuivre un survivant. Il courait…
Les bruits de pas sont étouffés par le tapis de feuilles en parties décomposées de la forêt.
La sueur colle ses cheveux, ils courent depuis des heures… Ils sont en chase. Il y’a quelques jours ils ont laissés en vie un individus, un témoins, dans les montagnes, il faut absolument le retrouver.

Le groupe finit par se séparer, la région est dangereuse mais il faut le retrouver rapidement.
Les pas sont rapide, les traces de plus en plus visible, l’humain à peur, il fait des fautes.

La course dure encore puis Oramé retrouve la proie face à lui… Une saleté de piège !
Il c’est fait retrouver, il les a séparés et maintenant ils sont seul, l’un en face de l’autres.

Oramé dégaine sa rapière, les deux adversaires tourne l’un en face de l’autre, s’observant. Oramé attaque, de tierce, pour voir la rapidité de l’humain, celui-ci frappe la lame et se fend, Il saute en arrière juste à temps.
Oramé feint à la tête et replonge sur la cuisse, le bretteur adverse pare et recule, il trébuche et commence à tomber. Oramé ravis de cette maladresse se jette dessus, il remarque juste à temps la main gauche de l’homme pivoter, il stop immédiatement son élan, l’humain égratigne la gorge du Kamael, un instant de plus et il était mort.
Oramé accélère, il frappe dans la lame ouvrant la garde, attaquant de quinte ; la rapière ne rencontre que du gras.

L’humain augmente sa rapidité, il attaque, encore et encore, Oramé pare et subit un nouvel assaut immédiatement.
Alors qu’il en repousse un dernier il essaye de balayer son adversaire du pied, encore un coup esquivé.
L’humain se relance de suite, Oramé pare le coup et dans un mouvement extrêmement rapide il se fait attraper le poignet, l’humain roule sur lui-même et lui frappe le visage de la garde puis le ventre.
Oramé tombe a genoux, un sourire macabre apparaît sur le visage de son ennemi ; il attaque une dernière fois avant de se faire transpercer de part en part par Oramé.
Celui-ci tombe au sol épuisé, la respiration est forte, il a réussit de justesse sa mission. La troupe entre donc chez elle, victorieuse.

Oramé est a genoux dans une petite maison en bois, quelques bougies éclairs l’endroit. Il allume une autre odorante et installe de petites statuettes sur une table basse. Il se met en tailleur et ferme les yeux.
Les lèvres bougent peu et lentement, relâchant une prière a on ne sait qui.
Il se relève et va chercher quelque chose dans un petit tiroir.
Il en ressort un baume et du tissu propre. Il l’applique pour nettoyer la plaie sur sa gorge.
Il tir sur une bande en tissus pendante près de lui révélant une elfe nue, cachée dans ses appartements et enchaînée. Il se dévêtit et va se coucher près d’elle.
Le lendemain il retourna prendre ses ordre, passant devant le temple il cracha au pied du monument.
« Pathétique, les dieux ne pardonnent pas. »
Il donna ses clefs à un marin et celui-ci mis voile avec Oramé en direction des cotes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oramé.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phénix :: La Vie de Phénix :: Bibliothèque-
Sauter vers: